Croissance démographique et D.D (2)

Publié le par M.Belmessaoud

Etude de cas 2 : un front pionnier en Amérique Latine

 

http://cormas.cirad.fr/fr/applica/transamazon/amazonie.jpg

http://cormas.cirad.fr/fr/applica/transamazon/amazonie.jpg

 

Comment les populations occupent-elles progressivement les espaces « vides » ?

 

Front pionnier : Espace gagné sur la forêt, pour le peuplement et diverses activités (agriculture…).

 

I) Pourquoi la pression démographique s’exerce-t-elle sur un milieu hostile ?

 

Doc. 3 p. 233 : Comment évolue la croissance de la population au Brésil ?

Doc. 5. P. 229 : Quand et comment s’est formé le front pionnier ? Qui sont les premiers colons à s’y être installés ? Quelles sont les contraintes naturelles de cet Etat ?

 

Au Brésil la croissance démographique est de 1 à 2 % par an. Le manque de place oblige les populations à aller s’installer dans  les espaces  « vides » de la forêt amazonienne. Le front pionnier s’est formé dans les années 1970-80 à l’initiative de l’Etat. Celui-ci a construit une route nationale puis rapidement, les « paysans sans terre » ont migré vers cet Etat qui est contraignant (chaleur tropicale, forêt dense, humidité, végétation et biodiversité).

 

II) Comment les paysans colonisent-ils la forêt ?

 

Doc. 1-2 p. 228-229 : Décrivez et expliquez l’évolution du front pionnier.

Doc. 3 p. 229 : Décrivez le paysage de front pionnier et dîtes quelles sont les activités développées.

 

Entre 1986 et 2001, la forêt a beaucoup reculé sous l’effet de la déforestation et de l’occupation humaine.

Les colons se sont principalement installés le long de la route nationale construite par le gouvernement.

Le paysage de front pionnier met en évidence un espace défriché et une forêt partiellement brulée. On y retrouve les fermes agricoles, les habitations et les routes. La majorité des terres est réservée au pâturage des bovins (élevage extensif). On y produit du bois, du caoutchouc, de l’étain, de l’or et de la viande de bœuf. La forêt est donc devenue un nouveau territoire de peuplement pour les « sans terre ».

 

III) Quels conflits l’agriculture industrielle engendre-t-elle ?

 

Doc. 4 p. 229 : Quelles sont les conséquences de l’expansion de l’élevage ? Quelles sont les conséquences de la colonisation pour les populations indigènes ?

 

Entre 2000 et 2005, 17 % de la forêt amazonienne ont été détruits (soit 875 000 km² d’arbres, l’équivalent de la surface du Venezuela, sont partis en fumée ou coupés). La colonisation s’accompagne d’une multiplication des conflits avec les populations locales (déplacées, maladies…) De plus, la richesse tirée de l’exploitation des ressources naturelles n’est pas réinvestie sur place. Enfin, la colonisation a un impact direct sur la dégradation de l’environnement (pollution des eaux…). La réussite économique agricole du Brésil se fait au détriment de l’environnement.

 

Conclusion :

 

Le Brésil possède d’importantes réserves foncières. Depuis quelques décennies, des fronts pionniers ont été créés aux marges de l’Amazonie, ce qui occasionne des tensions économiques et sociales ainsi que des problèmes environnementaux.

Publié dans Cours

Commenter cet article